MIXTURE RISING

24 octobre 2014 - hitsukun

Zelphy tomes 1 à 3

« Nous sommes en l’an 1001 du calendrier de l’Aion… Tous les Portails spatiaux sont aux mains d’une alliance militaire interplanétaire appelée les Gardiens de l’Aion.
Lýsja, un jeune prince déchu du Royaume-Uni de Zaysion, rêve d’aventures. Rejeté par l’armée en raison de sa frêle constitution, il travaille maintenant comme plombier. Il n’abandonne pas pour autant l’envie de tout quitter pour découvrir les vastes étendues spatiales…
C’est alors qu’enchaînement de circonstances malheureuses l’amène à fuir sous la menace des Gardiens de la Galaxie. En compagnie d’un équipage surprenant et plein de ressources, Énoc le chat-pirate et Pico Pico, un mystérieux robot, Lýsja va vivre les heures les plus mouvementées de sa vie. Rejoignez-le sans tarder dans cette grande aventure spatiale ! »

 

Zelphy est un space opéra d’Etorouji Shiono. Cet auteur est particulièrement connu chez nous pour sa série dark fantasy à succès Übel Blatt, publié chez Ki-oon. Zelphy (aussi connu sous le nom de Zelphy of the Aion) est publié chez Doki Doki depuis juillet 2014, 3 tomes sont déjà disponibles. La publication française ayant (déjà) rattrapée la version japonaise, je pense qu’on n’est pas près de lire la suite, malheureusement…

 

Übel Blatt est souvent sujet à des divergences. D’un côté, le titre est un succès commerciale, sans doute grâce à ses dessins chiadés et son design accrocheur ainsi que son thème dark fantasy; de l’autre les chroniqueurs mangas de la toile semblent généralement peu conquis. Pour ma part, j’adhère totalement, j’oserais même dire que cette série est bien supérieure à la référence du genre, Berserk. Malgré un rythme lent et confus (le vrai gros reproche, applicable aussi au manga de Kentaro Miura), la série a su garder son aspect sombre et violent et n’a pas adopter de gimmicks pénibles. L’intrigue est touffu (les personnages sont -trop ?- nombreux) et le côté sexy mal amené des deux premiers volumes est vite balayé. Un véritable incontournable qui a fait le succès des éditions Ki-oon.

 

C’est donc l’excellent éditeur Doki Doki qui s’occupe de la version française de Zelphy, on retrouve tout leur savoir faire avec une traduction de qualité, une édition propre et des pages en couleurs. Sans doute les meilleurs sur le marché sur ce point. Un sticker indique aussi que c’est l’auteur d’Übel Blatt. L’éditeur a aussi eu le bon goût de commencer avec deux volumes d’un coup, même si la version originale est peu avancée. En effet, le deuxième tome se termine sur un cliffhanger assez important.

Zelphy reprend plusieurs points de l’autre série de l’auteur, cette fois-ci version science-fiction (son deuxième thème de prédilection) : Lýsja le héros est haut comme trois pomme à l’instar de Köinzell, il est aussi traqué, les filles sont sexy, les véhicules détaillés et plusieurs factions (militaires, gouvernementales) sont présentes. Mais la grande différence qui surprend bien vite, c’est la présence d’un humour léger. Mais contrairement à Köinzell (des premiers volumes), Lýsja n’est pas un tombeur  qui couche avec toutes les filles qu’il rencontre.

Pour le moment, l’intrigue n’est pas vraiment complexe vu que les chapitres se suivent sans réel fil rouge (à part la fuite du protagoniste et le mystère autour de Zelphy). Notre héros combattra un monstre géant de l’espace (trop vite expédié), croisera la route d’un pirate spatial, viendra en aide d’un peuple chats ainsi que de celui de capybaras… Son équipage s’agrandit au fur et à mesure de ses pérégrinations (Pico Pico le robot, Énoc le chat-pirate qui parle, Alvera la fliquette à la combinaison moulante qui l’accompagne malgré elle…). Par contre, on connaissait Übel Blatt et ses nombreux noms propres compliqués (personnages, factions, pays), mais là Etorouji Shiono s’est vraiment lâché ! Phadzimaal, Tilxii, Badzdowmm, Loxtilenion sont des exemples de lieux traversés, Stgla Acol Atataxvar (!!) ou Chjovdzaan des personnages croisés… A croire qu’il les baptise avec un Boggle.

Les dessins sont toujours aussi agréables et détaillés (à condition d’aimer les incrustations numériques), le design des personnages et véhicules excellents.

 

Une bonne série agréable à lire (les space opéras sont de plus en plus rare), même si ça semble beaucoup moins ambitieux qu’Übel Blatt. J’espère que le rythme de publication ne sera pas trop difficile et que l’intrigue adoptera un fil rouge quand même.

#MixtureRising
Share

Manga Zelphy /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *